Approche du chamanisme

L’ouverture de ce blog m’a fait découvrir de nouveaux auteurs et des univers que je ne connaissais pas avant : trois de mes auteurs préférés, même si tous ne parlent pas de lycanthropie sont Kenneth Meadows, Alfred Métraux et Thor Heyerdhal. Le premier a beaucoup écrit à propos du chamanisme, les deux autres sont des ethnologues célèbres qui ont en commun d’avoir exploré l’île de Pâques. Sur cette île, le mythe de l’homme-oiseau (une forme de thérianthropie, donc) était primordial. Vous pourrez en savoir plus dans ce documentaire :

Le Mystère de l’Île de Pâques

Comme je l’évoquais il y a quelques temps, le chamanisme est né en Russie, et plus exactement en Sibérie. Vous savez peut-être que la Laponie ne se limite pas à la Suède : elle s’étale sur le nord de la Norvège, la Finlande et la Russie. Les peuples nomades ancêtres de Joni parcouraient l’ensemble de ces régions avant que les frontières de ces États n’existent et qu’ils deviennent sédentaires, il est donc probable qu’il y ait eu des échanges entre les chamanes sibériens et les lapons. Voilà pourquoi je me suis intéressé au chamanisme et aux ouvrages de Kenneth Meadows.

Abreuvé de ces lectures mais toujours assoiffé de savoir, j’ai décidé de découvrir quel était mon animal totem. J’ai proposé à Joni d’en faire de même, et il m’a répondu dans une lettre que j’ai reçue la semaine dernière qu’il pensait avoir trouvé. Sans surprise, il s’agit du loup ! Pour moi, je ne suis pas encore sûr. Le loup apparait souvent dans mes pensées, et il joue un rôle de plus en plus important dans ma vie mais d’autres animaux se manifestent aussi.

Les exercices que j’effectue sont tirés du site Diablus.com et du livre L’Art de la Méditation de Matthieu Ricard.

Publicités

Du mythe à la réalité

Comme la plupart d’entre vous l’ont bien compris, ce blog n’a pas vocation à devenir LA référence des loups garous en France.
Il y a bien trop d’informations à compiler, et d’autres sites s’en sont déjà chargées avant moi. Certains l’ont d’ailleurs fait très bien : vous pouvez les retrouver dans les liens.

Voilà quand-même un petit résumé des informations qui reviennent le plus souvent sur les loups garous et lycanthropes. Je tiens à préciser que certains sites font la différence, par exemple en disant que « lycanthrope » ne concerne que les personnes atteintes de lycanthropie clinique, mais je considère que c’est exactement la même chose, pour moi ils sont synonymes.

Lire la suite

Traits physiques et caractère

J’ai essayé de compiler dans cet article toutes les informations que j’ai trouvées au cours de mes lectures permettant d’identifier un loup-garou. Vous trouverez les sources dans les liens. Je n’ai gardé que les indications qui revenaient le plus souvent et qui semblaient communément acceptées dans diverses cultures :

TRAITS PHYSIQUES :
– Sourcils se rejoignant
– Mains poilues, y compris à l’intérieur
– De manière générale, hyperpilosité
– Ongles rouges
– Annulaire et majeur de la même taille

CARACTÈRE :
– Mélancolique
– Solitaire
– Mange beaucoup (viande essentiellement)
– Agité les nuits de pleine lune (même si je ne suis pas sûr que la pleine lune soit vraiment liée aux loups garous et que c’est peut-être une invention moderne, tout le monde semble s’accorder pour dire que les lycans sont agités lors des nouvelles phases de lune)

Ouvrez l’œil, vous pourriez avoir la chance de côtoyer un lycanthrope sans même le savoir !

Un voyage en Laponie


Une vieille lapone menant un renne aux paturages.

Lors d’un récent voyage en Suède, j’ai rencontré des Same, un peuple nomade du Nord de l’Europe plus connus sous le nom de « Lapons ». Alors que je marchais le long de la Kungsleden un matin, je suis tombé sur l’un de leurs villages d’été, qu’ils utilisent chaque année pour réunir les rennes et les marquer. Ils m’ont accueilli à bras ouvert et m’ont même proposé de passer la nuit dans leur campement. J’ai accepté avec joie et j’ai donc planté ma tente près de leurs cabanes en bois. La seule chose que je n’avais pas le droit de faire était de rentrer dans l’enclos de rennes. J’ai donc passé une bonne partie de la journée à les observer, et j’ai bien vite remarqué qu’ils portaient tous une ceinture avec un poignard. Tous portaient une ceinture en cuir classique comme on en trouve dans le commerce (et comme en ont vos parents ou peut-être vous-mêmes), sauf un vieux qui en portait une différente, plus épaisse et avec de la fourrure. J’ai demandé à une grand-mère pourquoi ce vieux qui semblait travailler tout seul alors que les autres travaillaient avec leur famille portait une ceinture différente et elle m’a expliqué qu’il la portait comme une amulette de protection. Plus tard dans la soirée, comme cela m’intriguait je suis allé parler à cet homme que les autres appelaient « Johnny Blind ». J’ai compris, bien qu’il n’ait pas osé le dire lui-même, qu’il utilisait cette ceinture comme une protection contre une malédiction héréditaire : il pensait que sans elle il pourrait se transformer en loup.
Pour qu’il se confie à propos de la malédiction (ou maladie) qu’il croyait avoir, je lui ai proposé de faire tout mon possible pour lui venir en aide. Je dois retourner le voir l’été prochain pour commencer à écrire un livre sur la vie de sa famille. Je veux savoir si Johnny est atteint de lycanthropie clinique. Si ce n’est pas le cas, j’essaierai de découvrir de quoi cet homme âgé et respecté par la communauté est atteint.

Je partagerai donc sur ce blog toutes les informations qui me permettront d’accroitre mes connaissances sur la lycanthropie et d’aider mon ami. Si vous disposez de pistes pour m’aider, je serais ravi de vous rencontrer.

Bonne lecture à tous.