Dernières nouvelles de Martin Crépon

Bonjour à tous ! Le blog n’a pas été très actif ces derniers jours, et il n’a pas reflété toutes les péripéties de la vie de Martin. Ceux qui ont suivi l’actualité de la page facebook « sauvons les loups garous français » savent de quoi on parle.

Après une vidéo plus qu’intrigante sur laquelle, parait-il, on voyait enfin le loup-garou, Martin a disparu de la circulation pour ne réapparaitre que le lendemain soir, EN DIRECT SUR EUROPE 1 !

Lire la suite

Publicités

Mauges : le retour

J’ai décidé de retourner dans les Mauges une nouvelle fois. Je pars vendredi, pour une période indéterminée. Maintenant que nous connaissons les habitudes et l’habitat du lycanthrope, il est grand temps de ramener une preuve de son existence. Les preuves accumulées jusqu’ici n’ont pas toujours convaincu les sceptiques, ce que je comprends. torp beau Lire la suite

Témoignage

Parmi les nombreuses personnes qui m’ont contacté par mail pour me dire qu’elles étaient des lycanthropes, beaucoup essayaient simplement de se payer ma tête, voire de me soutirer quelques euros. La plupart n’ont pas osé me rencontrer pour de bon, et se sont contentées de quelques mails plus ou moins documentés. Voici néanmoins un témoignage intéressant d’une jeune fille de Cholet.

Lire la suite

Poils d’origine inconnue

Avant de quitter les Mauges pour de bon, j’ai exploré la zone une dernière fois, et y ai ramassé deux touffes de poils de couleur différente dont je n’ai pas pu déterminer l’existence. Impossible de s’exprimer sur leur provenance pour le moment, mais à ma connaissance cela ne ressemble pas à des poils de chiens.

Je cherche une personne susceptible de me venir en aide. Je ne peux pas me permettre de les envoyer à un laboratoire d’analyses privé, cela serait bien trop cher, et je ne suis pas sûr que les bulbes pileux soient en assez bon état de toute façon. Je cherche donc un vétérinaire qui pourrait m’éclairer sur l’origine de ces poils.

Il aurait vu le lycan

Entre Saint-Quentin et La Pommeraye, les rares personnes qui acceptent encore de parler le font sous couvert d’anonymat. C’est l’une des grandes constantes de cette enquête : difficulté pour récolter des informations, refus de révéler leur identité…la tension est palpable par ici. Les  nuits s’enchainent et la fatigue accumulée se fait ressentir mais nous restons aux aguets car je sais que pour convaincre les sceptiques, il faut des preuves solides. En attendant de tomber nez-à-nez avec le lycanthrope, voilà le témoignage de M. J-M R., l’éleveur qui m’a envoyé la photo de l’empreinte.

Je l’ai rejoint à sa ferme, puis il m’a amené sur ce lieu (près du château d’eau de Saint-Quentin) où, dit-il : « la bête a traversé la route à toute allure ». Il a pilé mais, effrayé par la silhouette inconnue (« trapue, peu poilue, comme recouverte d’un duvet grisâtre, se déplaçant à 4 pattes ») n’est pas sorti de son véhicule. Un geste prudent de sa part. Il semble évident que, quelle que soit la bête en question, nous nous rapprochons peu à peu d’une confrontation.